Service du médecin cantonal
Infolettre du Service du médecin cantonal - Adaptation des recommandations de vaccination COVID-19 et nouveau traitement par anticorps
Chères Consœurs, chers Confrères,

Par la présente, nous souhaitons vous informer sur le thème suivant :

1. Mise à jour des recommandations concernant le rappel contre le COVID-19 avec un vaccin à ARNm

- Recommandation concernant le renouvellement de la vaccination de rappel pour les personnes présentant une immunodéficience sévère

- Pas de rappel vaccinal supplémentaire pour les autres groupes de personnes

- Nouveaux vaccins à ARNm

2. Informations concernant l’utilisation du Nirmatrelvir [PF-07321332] et du Ritonavir (Paxlovid) pour traiter les personnes malades du COVID-19, modification de la liste de critères de la SSI

- Indication pour un traitement précoce en mode ambulatoire par Paxlovid

- Contre-indications pour un traitement ambulatoire par Paxlovid

- Traitement hospitalier par Paxlovid

3. Prophylaxie pré-exposition pour les personnes appartenant au groupe hautement prioritaire pour un traitement précoce par antiviraux à action directe (AAD), par anticorps monoclonaux (AcM) ou pour une prophylaxie
 
>

1. Mise à jour des recommandations concernant le rappel contre le COVID-19 avec un vaccin à ARNm
L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) ont examiné l’opportunité d’administrer un vaccin de rappel à ARNm supplémentaire aux personnes présentant une immunodéficience sévère et ont adapté en conséquence les recommandations relatives à la vaccination contre le COVID-19. 

COVID-19 : recommandations relatives à la vaccination de rappel avec un vaccin à ARNm (état au 23.05.2022)

Recommandation concernant le renouvellement de la vaccination de rappel pour les personnes présentant une immunodéficience sévère

Jusqu’à présent, le schéma recommandé pour ces personnes prévoyait une primovaccination avec trois doses ainsi qu’un rappel vaccinal. Dans une situation épidémiologique où le nombre de cas journaliers et la propagation du virus seraient élevés, l’OFSP et la CFV recommande aux personnes présentant une immunodéficience sévère âgées de 12 ans ou plus de recevoir une dose supplémentaire (5e dose) si cela permet d’améliorer – ne serait-ce que pendant une courte durée – la protection vaccinale contre une forme grave de la maladie. La décision à cet égard appartient à la personne concernée, suivant les recommandations du médecin traitant ou de la médecin traitante. La personne concernée doit tenir compte du fait que l’efficacité de cette injection supplémentaire n’a pas été suffisamment étudiée et que celle-ci est par conséquent effectuée hors indication de Swissmedic (off label). Comme la première dose de rappel, la deuxième doit également être administrée au plus tôt quatre mois après la dernière dose de vaccin (30 µg pour Comirnaty® ou 100 ug pour Spikevax®).
 
Pour les personnes présentant une immunodéficience sévère qui ne développent pas ou peu de réponse immunitaire suite à la vaccination contre le COVID-19, il convient d’envisager un traitement prophylactique d’immunisation passive (prévention) au moyen d’anticorps monoclonaux contre le SARS-CoV-2 (voir ci-dessous).

Position paper on the use of monoclonal antibodies against SARS-CoV-2 as passive immunisation treatments in severely immunocompromised persons in Switzerland (en anglais uniquement)

Pas de rappel vaccinal supplémentaire pour les autres groupes de personnes

En raison de la situation épidémiologique en Suisse et du net recul du nombre de cas, la CFV et l’OFSP ne recommandent actuellement pas de rappel vaccinal supplémentaire pour les autres groupes de personnes, y compris les individus vulnérables. L’avantage d’un rappel vaccinal supplémentaire pour le grand public n’a pas pu être démontré scientifiquement. Par contre, selon les études les plus récentes, la protection contre les formes sévères de la maladie et les hospitalisations reste élevée plusieurs mois après le premier rappel vaccinal.
 
Si l’on admet que les virus respiratoires ont un caractère saisonnier, il est probable que le nombre d’infections contre le SARS-CoV-2 ainsi que les éventuelles hospitalisations, notamment de personnes vulnérables, augmentera à nouveau à la prochaine saison automnale et hivernale. Dans ce cas, un deuxième rappel vaccinal peut se révéler bénéfique pour certains groupes cibles.

Nouveaux vaccins à ARNm

Il est prévu que les vaccins à ARNm contre le COVID-19 actuels soient remplacés en automne 2022 par des vaccins bivalents, qui agissent aussi bien contre le virus originel que contre le variant Omicron. Des informations sur l’utilisation et sur la durée de la protection de ces vaccins seront publiées au cours des prochaines semaines par les fabricants.
>

2. Informations concernant l’utilisation du Nirmatrelvir [PF-07321332] et du Ritonavir (Paxlovid) pour traiter les personnes malades du COVID-19, modification de la liste de critères de la SSI
Outre les traitements par anticorps monoclonaux Ronapreve® et Xevudy®, le médicament Nirmatrelvir [PF-07321332] / Ritonavir (Paxlovid), administré par voie orale, est désormais disponible en Suisse. Le traitement Paxlovid associe les deux principes actifs Nirmatrelvir [PF-07321332] et Ritonavir (Paxlovid), contenus dans deux comprimés séparés. Il peut être utilisé pour traiter en mode ambulatoire les personnes qui ont contracté le COVID-19 et courent davantage de risques de développer une forme grave.
 
Les critères à remplir pour pouvoir bénéficier d’un tel traitement ont été élaborés par la Société suisse d’infectiologie (SSI) et sont disponibles sur le site de l’OFSP.

COVID-19 : approvisionnement en médicaments importants

Liste de critères de la SSI

Étant donné que le nombre de personnes atteintes du COVID-19 n’est actuellement pas préoccupant et que les commandes de Paxlovid ne peuvent pas être remises d’un seul tenant, ce traitement sera livré par étapes :
 
1. Au cours d’une première phase qui commencera le 20 mai 2022, le Paxlovid sera livré uniquement aux centres habilités par les cantons à dispenser des traitements anti-COVID-19. Ce médicament sera uniquement administré sur ordonnance médicale, pour un traitement précoce, aux patientes et patients très fragiles appartenant à un groupe hautement prioritaire qui remplissent les critères de la SSI (voir ci-dessous). Il n’est pas permis de délivrer ce médicament à titre préventif aux personnes dont l’infection au COVID-19 n’est pas confirmée.

2. Au cours d’une deuxième phase (prévue à partir de juillet 2022), le Paxlovid pourra également être remis par les pharmacies publiques et par les médecins dispensants.

Indication pour un traitement précoce en mode ambulatoire par Paxlovid

TOUS les critères suivants doivent être remplis avant d’appliquer un traitement précoce en mode ambulatoire par Paxlovid :

- Les patientes et patients doivent être des adultes et des adolescents et adolescentes de 12 ans ou plus et pesant au moins 40 kilos.

- L’infection doit être confirmée par test antigénique ou PCR ; un test antigénique positif est suffisant pour commencer le traitement, si les autres critères sont remplis. Un test de détection du sous-variant d’Omicron doit être effectué, si possible, mais ne doit pas retarder le traitement.

- Les patientes et patients doivent souffrir d’une forme légère du COVID-19.

- Le traitement doit commencer de préférence dans les cinq jours qui suivent l’apparition des symptômes.

- Une sérologie négative documentée ou un titre d'anticorps inférieur au seuil du laboratoire local doivent être disponibles.

- Les patientes et patients doivent appartenir à un groupe hautement prioritaire éligible pour un traitement précoce par AAD, AcM ou pour une prophylaxie conformément aux critères énumérés au point D de la liste de critères de la SSI.

Des exceptions sont possibles si les résultats des tests sérologiques entraînent un retard inacceptable du début du traitement ou après des discussions multidisciplinaires concernant des patients très fragiles.
 
Depuis l’apparition du variant Omicron, l'éligibilité est limitée aux patients les plus fragiles (groupe hautement prioritaire, voir point D de la liste de critères de la SSI).

Contre-indications pour un traitement ambulatoire par Paxlovid

Un traitement ambulatoire par Paxlovid est contre-indiqué dans les cas
suivants : 

- Insuffisance rénale (GFR < 30 ml/min)
- Insuffisance rénale modérée (<60 ml/min)
- Insuffisance du foie (classe C sur le score Child Pugh)
- Prescription simultanée de médicaments comprenant des substances       métabolisées par le cytochrome CYP3A

Traitement hospitalier par Paxlovid 

Les directives de la SSI s’appliquent au traitement hospitalier par Paxlovid :

SARS-CoV-2 /COVID-19 - Antiviral and immunomodulatory treatment considerations (en anglais)
>

3. Prophylaxie pré-exposition pour les personnes appartenant au groupe hautement prioritaire pour un traitement précoce par antiviraux à action directe (AAD), par anticorps monoclonaux (AcM) ou pour une prophylaxie
La thérapie d'immunisation passive est principalement administrée aux patients qui appartiennent au groupe hautement prioritaire (voir point D de la liste de critères de la SSI). Depuis l’apparition du variant Omicron, l’éligibilité est limitée aux patients les plus fragiles. Les critères ainsi que la définition de la patientèle sont disponibles sur le site internet de l’OFSP. 
 
COVID-19 : approvisionnement en médicaments importants

Liste de critères de la SSI
>